Cuizine, un fanzine d’art graphique et culinaire

En savoir plus sur la revue Cuizine
Déjà Parus

Retrouver l’ensemble des numéros sur le kiosque numérique

Index des recettes

coming soon

Les artistes invités

Dans chaque numéro de Cuizine un dessinateur ou graphiste est invité à faire une page culinaire. Merci à Céline Bellanger (4), François Belot (1, 8), Caroline Cesareo (5), Laurence Clément (12, 15), Carine Figueras (11), Guillemette Gatineau (4), Yves Hänggi (14), Matthias Huré (0), Beatriz Lanchas Fuentes (7), Eugénie Lavenant (3), Laurence Mellinger (16), Leslie Plée (6), Clairpée (2), Laurianne Ramone (8), Christilla Roze (7), Pascale Roze (10), Lili Terrana (16), Seitoung (15), Marina Vandel (5), Mercedes Vidal Abarca (9), Florent Wong (13) !

« Dessiner dans les cuisines, c’est toujours un plaisir : il y a des casseroles, des mixeurs, des choux-fleurs, des choux de Bruxelles, des moules à gaufres, des torchons à carreaux…; il y a des bonnes odeurs, une radio, on prend des petits cafés. On peut dessiner des ustensiles incroyables pendant que quelqu’un prépare le déjeuner et raconte des trucs en anglais international. Merci à toutes les personnes qui m’invitèrent à manger, et qui sélectionnèrent avec goût les recettes simples et délicieuses de ce numéro. Cuizine est un recueil de recettes, de dessins et de souvenirs, à savourer. Bon appétit. »

Myriam Huré,
Siena, Septembre 2005 – Édito du N°0


On en parle

Quelques articles glanés sur le web aux débuts de Cuizine…

Novembre 2010. On nême le nước mắm. Par Christian, site « Les Penchants du roseau » :
Hier, dans ma boîte aux lettres, une belle enveloppe débordait la fente. Mince, elle ne m’était adressée, le nom était le bon, mais le prénom celui de ma fille. Je dus attendre son retour pour discrètement regarder par-dessus son épaule; je me le permettais, vu qu’il s’agissait d’un imprimé. Une fine revue jaillit : Cuizine.
J’attendis avec impatience l’inspection de ma fille avant de pouvoir en feuilleter le contenu et lire, ici ou là, une liste d’ingrédients, une manière de faire.
Eh bien! Cette petite « Cuizine », au parfum du n°5, me plaît. Texture artisanale (graphisme et textes), une pincée d’humour et l’originalité de recettes à portée du premier gâcheur de sauce venu, glanées en situation aux contours du monde habité. Une simplicité de l’ensemble qui masque élégamment l’attention portée par les éditions Catalpas à sa réalisation.

Janvier 2009. Par Elise Vandel, blog Orange balsamique :
Je suis contente de vous le présenter : j’ai connu Cuizine, fanzine d’art graphique et culinaire, il y a quelques mois, non pas dans un de ses lieux de diffusion parisiens mais grâce à ma soeur qui sait si bien dégoter des ovnis en tous genres ! Là, arguons que la musique et la bande dessinée n’ont pas -tout à fait- le monopole du genre, car si le fanzine, en tant que forme éditoriale totalement décomplexée et fleurant bon le fait-maison, absorbe majoritairement les cultures underground, la thématique culinaire y est plutôt rare. L’idée me bottait bien, si bien que pour cerner la chose, je visite le site des Editions Catalpas, bien décidée à acquérir tous les numéros. Heureusement il s’agit d’un annuel, -merci Myriam pour cette initiative- je tiens-là en haute estime cette périodicité de publication face à laquelle nul ne se trouve dépourvu(e) ! Folle de joie, depuis le site, je commande tous les numéros, dont le n°2 en version Deluxe, protégé par une couverture cartonnée et lavable, assorti d’un CD de musique spécialement composée pour Cuiziner dans le n°2 (dont les clichés ci-dessus sont tirés). Ni une, ni deux, je reçois prestement le colis littéraire et gourmand.
Dès l’ouverture, je m’évade : pâtes, pistouille, recettes d’étudiants mémorables comme cette purée minute réalisée* dans … l’évier (à mourir de rire et/ou d’étouffement); le meilleur gâteau au chocolat DU MONDE** expliqué didactiquement sous forme de roman-photo dont les héros sont des oursons, vraiment, je ne me suis pas ennuyée une seconde ! Sans oublier les spécialités de plusieurs pays qui pointent leur nez depuis l’Estonie ou l’Italie. Une bonne quinzaine de recettes compose chaque numéro, dessins à l’appui et version anglaise en fin de numéro. Comme dirait quelqu’un devant son espresso, « What else ? » Au milieu des publications culinaires de kiosque, pour passionnantes qu’elles fussent, la raison d’être de Cuizine ne se dément pas. On en parle ici et là. Un tel effort de fraîcheur, d’originalité, soutenu par un travail graphique remarquable augure de bons moments dans vos cuisines ! Initiative participative, enjouée, ouverte et conviviale, elle mérite d’être découverte au moins virtuellement en cliquant là.
*Intitulée « Purée vite faite », Cuizine n ° 2, juillet 2007, pages 8-9.
**Que l’on peut retrouver dans la Recette de la « Couronne au chocolat », Cuizine n ° 1, septembre 2006, pp. 30-31, texte et images.

Mars 2008. Du papier à mâcher, site Le fooding.com :
Ce fanzine, on est super fier de l’avoir trouvé. Où ? à la galerie Anatome, rue Sedaine ? à L’Art de rien, rue d’Orsel ? On ne sait plus… Une chose est sûre : on ne l’a pas déniché dans une énorme librairie. Cuizine fait partie de ces ouvrages confidentiels, de ces raretés qui se méritent : un seul numéro par an, 600 exemplaires, une auteur-illustratrice de 25 ans, une maison d’édition minuscule qu’elle a créée pour l’occasion… « L’idée de base est simple, explique Myriam Huré. Publier les dessins et les recettes de cuisine accumulées dans l’année, au fil des voyages et des rencontres.» Le résultat est familial, non homologué et plutôt foutraque, à l’image de notre morceau choisi : la soupe slovène de Gino illustrée, racontée, annotée…

Novembre 2007. [par Arthur Martin], http://leblogdegraphos.net :
L’intérêt cumulé pour les arts graphiques et pour la gastronomie qui a présidé à la conception du « Ventre de la Lettre » n’est pas l’apanage des seuls membres de Graphos. Au cours d’un moment d’errance sur Internet comme nous en avons tous, je suis tombé par hasard sur Cuizine, un fanzine d’art graphique et culinaire. Présentant divers articles, dont une bonne part de recettes gastronomiques, ce fanzine s’attache à les présenter de manière graphiquement recherchée alors qu’au contraire, dans la plupart des grands magazines, la présentation des recettes à un intérêt graphique en dessous de zéro, les graphistes pensant sans doute que s’il y a contenu (gastronomique certes) cela dispense de lui créer un environnement graphique agréable. Le (la) cuisinier (cuisinière) devant son fourneau n’auraient-ils droit qu’à du texte bêtement mis en page en blocs rectangulaires agrémentés de la seule photo d’un plat prétendument issu de cette recette et que personne n’arrivera jamais à rendre aussi beau que sur la photo ?
Vous trouverez sur le site de Cuizine toute une série d’articles directement visibles en ligne et dont le parti pris graphique (noir et blanc exclusif à part la couverture) est complètement à contre courant des photos habituelles aux couleurs saturées et au gloss des plus artificiels dont je parlais plus haut. Les éditeurs de cette revue vous proposent également un blog qui permet de suivre de plus près leurs activités (ah, l’amour des légumes). Si vous voulez soutenir cet effort créatif, ne manquez pas de vous procurer sur papier les numéros déjà parus, au vu des extraits disponibles en ligne, ils sont sans doute autant un plaisir des yeux que des papilles !

Juillet 2007. Site de la maison édition :
Recettes étranges, graphisme soigné, et idées lumineuses, tout se trouve réuni dans le fanzine « Cuizine ». Même les amoureux de la restauration rapide ne pourront pas rester insensibles aux bonnes choses proposées dans ces pages.
« Cuizine a été créé dans le but de publier des dessins et de partager des recettes de cuisine. On peut le lire comme un carnet de voyage, un recueil illustré ou un livre de cuisine »

Mai 2007. Par Patty la Cookie, site Foodgeek.com :
l’OVNI du jour, c’est Cuizine, « un fanzine d’art graphique et culinaire ». (…) Des illustrations en noir et blanc de Myriam Huré accompagnent les textes de ce fanzine pas comme les autres.